Comment bien mener la visite d'un investissement immobilier

Préparez-vous avant la visite du bien

Quand on s'intéresse à l'investissement locatif, la préparation est primordiale. Faites un fichier de suivi !

Présélectionnez les habitations à visiter, renseignez-vous par téléphone. Vous pourrez ainsi sauter sur l'occasion si l'offre s'avère intéressante lors de la visite.

Demandez au téléphone le montant des charges de copropriété et de la taxe foncière.

Rendez-vous sur les lieux 30 minutes avant la visite. Profitez de ce temps d'avance pour interroger les riverains et les différents commerces locaux, sur les habitudes du quartier.

Le logement est-il salubre ?

Durant la visite, voyez au-delà du décor ou des couleurs des différentes pièces. Vérifiez l'humidité. Mauvaises odeurs cachées par un diffuseur, traces au plafond ou sur les murs : ce n'est pas bon signe.

Voici 6 conseils d'agent pour reconnaître un logement humide :

  • les murs sont humides
  • la tapisserie se décolle ou est noire par endroit
  • les vitres sont embuées
  • il y a des boursouflures sur la peinture
  • les plinthes sont gondolées

Et même si le logement ne présente aucun de ces symptômes, assurez-vous qu'il y a des aérations permettant une bonne ventilation du logement.

Et n'oubliez pas que les araignées ne sentent bien que dans des endroits sains, et non humides !

Prenez le temps de tout vérifier

Il est également important de tester tous les équipements pour s'assurer que tout fonctionne bien : portes, fenêtres, pression d'eau, etc.

Par ailleurs, prenez connaissance des différents emplacements des prises électriques, des prises de téléphone ou de la TV.

Bien évidemment, un logement est meilleur si tout est fonctionnel et d'autant plus s'il est équipé de commodités tel un interphone ou un système de sécurité électronique.

Enfin, sachez que vous êtes en droit de prendre votre temps lors de la visite, pour scruter le logement dans tous ses détails.

Retournez visiter le bien à d'autres moments de la journée ou de la semaine

Et si votre interlocuteur vous avait donné rendez-vous au moment le plus opportun ? Peut-être qu'à d'autres moments, cet investissement est moins à son avantage.

  • Si l'été, on vous fait visiter en matinée, retournez l'après midi pour vérifier que l'appartement ne se transforme pas en fournaise.
  • Retournez dans le quartier aux heures d'embauche ou de débauche.
  • Passez un peu de temps en soirée : les rues sont peut être plus « animées », surtout si des bars sont à proximité.

L'enquête de quartier vous aura déjà donné quelques indices, qu'il vous incombe de vérifier !

Prêtez attention aux performances énergétiques

(Vos futurs locataires y seront sensibles !)

Demandez des copies des dernières factures de gaz, fioul et électricité. Si le vendeur ne veut pas vous les fournir, demandez lui les coordonnées de l'ancien locataire. A défaut, il doit au moins vous fournir une copie du rapport de diagnostic DPE. Celui-ci est obligatoire dès la mise en vente.

Pas anodin : les frais à prévoir

Si vous avez un ami qui travaille dans le bâtiment (le mieux, c'est un architecte ou un maître d'oeuvre), invitez le à visiter le bien avec vous. Vous aurez un avis éclairé sur l'état du bien immobilier et les frais à prévoir.

Si le bien se situe dans une copropriété, exigez une copie des procès verbaux des Assemblées Générales. Vous pourrez vérifier les travaux prévus et ceux débattus en AG.

Enfin, renseignez-vous sur la taxe foncière. Celle-ci peut coûter un à trois mois de loyer selon l'agglomération. De quoi rogner copieusement la rentabilité de votre opération d'investissement locatif !

 

Sujets connexes

Quel est votre point de vue ?

Participez au débat, laissez un message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*