Louer son appartement : les startups au secours des propriétaires

Statiques depuis plus de 10 ans, les solutions classiques de location immobilière sont loin d'être appréciées par leurs clients réguliers. Habitués, les bailleurs se résignent à accepter leurs défauts inhérents, et n'ont que le choix du piège dans lequel ils préfèrent tomber. Aujourd'hui, le monde des startups s'attaque à ce marché traditionnel et fermé, avec la ferme intention de le révolutionner. Un vent de fraîcheur qui fait un bien fou aux particuliers.

Le monopole des acteurs traditionnels

Deux grands types d'acteurs se partagent le marché de l'immobilier locatif : les agences immobilières et les sites d'annonces.

Les agences, malgré leurs efforts de communication répétés sur les bénéfices d'une relation client privilégiée, souffrent aujourd'hui plus que jamais d'une image déplorable, et pour cause : elles n'ont jamais été capable de s'adapter au propriétaire moderne. Ce dernier, grâce à internet, a un accès élargi et simplifié à l'information et souhaite avant tout une aide personnalisée. Face à lui, les agences conservent un discours complexe et opaque, destiné à le persuader qu'il a besoin d'une tutelle, et tentent de lui vendre leur solution complète (location multiple, gestion locative, offres partenaires…). On peut ajouter à cela leur écho médiatique, bien souvent révélateur, qui les discrédite d'emblée en tant qu'acteurs de confiance.

Autres leaders du marché, les sites d'annonces immobilières, qui ont compris la volonté d'autonomie du propriétaire, mais n'ont jamais su proposer un service qui leur épargne le calvaire des candidatures multiples. En effet, qu'il s'agisse d'acteurs spécialisés (PAP, Vivastreet) ou du généraliste Leboncoin, trouver le bon locataire est un véritable parcours du combattant : le téléphone ne cesse de sonner, les mails pleuvent et les prétendants peu sérieux sont légions. Côté locataires, hormis les arnaques très fréquentes, le sentiment d'être perçu comme du bétail est bien présent, notamment lors des visites.

Si ces défauts ne sont pas nouveaux, pourquoi persistent-ils ? La réponse semble évidente : parce qu'à travers cette rente de situation, ces deux grands monopoles ne voient, sans doute, aucun intérêt d'améliorer leur solution locative. C'est à cet instant que la déferlante de startups vient casser les codes du secteur.

Location 2.0 : mon agence, c'est moi

En réponse à cet immobilisme, plusieurs startups françaises sont venues mettre un coup de pied dans la fourmilière de la location avec des solutions révolutionnaires, bien souvent gratuites. En tête de peloton, la jeune société Locat'me est en passe de porter cette nouvelle vague.

Soutenue récemment par la MAIF à hauteur d'un million d'euros, Locat'me s'est fixée une mission claire : rendre au propriétaire les clés de son indépendance. Le principe est simple : le propriétaire renseigne les informations sur son bien, et en un clic, il accède à une liste détaillée de locataires en recherche active, classés selon leur situation et leurs attentes. En cas de besoin, des services sont proposés à la carte, comme l'organisation des visites ou la certification des dossiers des candidats. Un système performant qui satisfait déjà aujourd'hui plus de 15 000 bailleurs, et rassemble une communauté de près de 150 000 candidats locataires.

Toutefois, on le sait, sur un marché de l'immobilier déjà très fermé, le plus grand challenge pour ces jeunes pousses est d'instaurer une confiance durable auprès des bailleurs. Or, faire changer les pratiques de location d'un propriétaire n'est pas une mince affaire, et ce même si lui-même ne les affectionne pas. L'avenir de ces startups, et de ce marché en général, est donc dorénavant entre ses mains. Si cette nouvelle dynamique se concrétise dans les prochaines années, cela signifierait que le propriétaire moderne aura opté pour son autonomie, renvoyant les acteurs traditionnels à leurs solutions d'un autre temps. Dans le cas contraire, il aura au moins eu le choix. À lui alors de savoir, dès aujourd'hui, lequel est le bon.

Aurélien Morillon est le fondateur du portail immobilier Alliance-habitat.com

 

5 réactions à “Louer son appartement : les startups au secours des propriétaires”

  1. alain

    vous avez raison je vais essayer de vous faire confiance

  2. Alain

    On a l’impression que c’est un article de pub.
    En effet, vous ne parlez que de locatme alors qu’il y a une multitude de site qui existent et que vous ne citez pas!
    Comme par exemple beprem, somhom ou encore candiloc.

  3. Victor

    QUI VIVRA VERRA..

  4. marline

    excellente idée, excellente initiative, répond à un vrai besoin des propriétaires, bravo et bon vent. Il faudrait même créer une cellule de remise en état d’un appartement dégradé par des locataires peu soigneux

  5. beatrice

    Bonjour,

    Comme d’habitude il est évident que ces startup ne s’occupent que de Paris et Ile de France, le reste de la métropole leur étant totalement inconnue.
    Je ne sais plus qui a dit « hors de Paris point de salut ».

    Nous, les pôvres propriétaires bailleurs de Province, sommes toujours les grands oubliés de toutes ces combines « géniales », mais sans tous vos « grands principes » et vos attitudes méprisantes, nous louons nos biens sans aucun soucis et nous rencontrons des locataires supers que nous ne prenons pas que pour des « vaches à lait »… et avec lesquels nous avons de véritables relations « donnant-donnant ».
    Alors les « Parisiens » redescendez un peu sur Terre, le locatif peut être autre chose que uniquement banckable !!!!!

    Béatrice

Quel est votre point de vue ?

Participez au débat, laissez un message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Gérez vos locations comme un pro
(5 astuces / semaine)