Immobilier : Le bureau attire les investisseurs du monde entier

Malgré la crise, le marché de l'immobilier de bureau s'en sort vraiment pas mal, et attire des investisseurs venant du monde entier. On retrouve notamment les Américains avec le fond Blackstone, les Asiatiques, dont notamment les Sud-Coréens qui détiennent la tour Sequana et la tour Mozart. Thierry Laroue-Pont, président de BNP Paribas Real Estate Transaction et Conseil et Expertise Europe, d'indiquer qu' « il existe désormais une mondialisation des investisseurs sur le territoire. Mais nous restons derrière le Royaume-Uni, toujours international. De nombreux Orientaux et Asiatiques ayant eu un cursus en Angleterre ».

D'ailleurs, le marché français affiche une assez bonne santé dans ce secteur, et les chiffres le montrent bien. Thierry Laroue-Pont d'ajouter que « sur les neufs premiers mois de 2013, le marché de l'immobilier d'entreprise en France affiche 12,9 milliards d'euros investis, en hausse de 27% sur un an et à un niveau supérieur à la moyenne décennale qui s'établit à 12 milliards d'euros. En termes de typologies d'actifs, le bureau reste toujours privilégié par les investisseurs avec 64% des montants investis, soit 8,22 milliards »  Par ailleurs, Nicolas Verdillon, directeur de CBRE Capital Markets ajoute que « le marché offre une profondeur plus attractive grâce à un volume plus équilibré et plus liquide. Il a un taux de vacance très acceptable, de l'ordre de 7% ».

Il se trouve que ce sont les marchés matures comme dans Paris QCA (Quartier Central des Affaires) et dans Lyon Part-Dieu qui intéressent les plus, car l'on peut y retrouver une grande diversité d'activités économiques. Le taux de rendement « prime » y est également stable, en se situant entre 4,25 et 4,75% dans Paris, et entre 5,25 et 5,60% en première couronne. A Lyon, ce taux est même légèrement en dessous de 6%. Par ailleurs, il faut noter que la demande placée connait une baisse de 29% comparé aux neuf premiers mois 2012, avec 1.300.000 m² en Ile-de-France (premier marché français. Or, dans les régions, la demande progresse et dépasse le million de m², grâce à de grosses transactions dans des villes comme Lyon, Lille ou Toulouse. On assiste à un marché de la transaction locative à deux vitesses.

 

Une personne a repondu à “Immobilier : Le bureau attire les investisseurs du monde entier”

  1. stephane pujol

    Vous avez totalement raison de dire que le marché est à double vitesse en région. Les grands utilisateurs d’un coté dans lesquels les prix semblent se maintenir et tous les autres pour lesquels les loyers sont en baisse.
    Par contre mon sentiment est que cette bonne santé apparente à Paris et Lyon est arrivée à son terme car je ne vois pas comment les prix vont se maintenir dans une économie où les besoins de bureaux baissent.

Quel est votre point de vue ?

Participez au débat, laissez un message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*