Les locataires insatisfaits de Cécile Duflot

Avec la situation économique qui tarde à se remettre face à la crise, la situation de chômage qui perdure et qui tend à se généraliser, les familles sont de plus en plus nombreuses à se retrouver dans une impasse financière. La crise du logement s'ajoute également à cette dangereuse précarité, puisqu'en France près d'1,3 million de familles sont en attente d'un logement social tandis que près de 3,6 millions sont mal logées.

Les lois Duflot, les présumés rédempteurs

Face à cette crise de logements pour les familles françaises, le gouvernement a instauré les lois Duflot pour essayer de pallier au problème qui s'est avéré très urgent à résoudre. A l'origine, le dispositif Duflot était censé permettre à tous (ou du moins une grande partie des familles sans logement stable) de jouir à l'accès d'un logement décent, d'un loyer abordable (loi ALUR) et de ne pas s'inquiéter à tout trac d'un risque d'expulsion (la GUL).

Les effets de ces lois Duflot pour les locataires

Les familles locataires se disent être mécontentes et quasiment arnaquées par les effets des lois farfelues de Cécile Duflot.

  1. Malgré des promesses retentissantes de réquisitions de logements vacants, dans le but de reloger les familles sans domicile, l'attente est toujours d'actualité deux ans après !
  2. La mise en location obligatoire pour 9 ans minimum, l'observation du plafonnement des revenus du locataire et des plafonds du loyer prônés par la loi Duflot, sont insuffisants pour sécuriser les locataires parce qu'un coefficient multiplicateur sur les plafonds du loyer fait flamber le coût des petites surfaces habitables.
  3. Pour la loi ALUR qui était supposée protéger les locataires contre les loyers abusifs (20% du loyer médian de référence au maximum), il ne faudra pas y compter. Avec de simples travaux de rénovation, le propriétaire échappe à la limitation de la hausse du loyer.
  4. Quant à la GUL ou la Garantie Universelle des Loyers, elle s'apparente plutôt à une bombe à retardement pour les locataires en difficulté de paiement tout en risquant de déresponsabiliser totalement les locataires les moins vertueux.

 

Quel est votre point de vue ?

Participez au débat, laissez un message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*