Négocier son achat immobilier : c'est le moment

On le répète assez dans les médias, l'immobilier est en crise ! C'est donc le moment idéal pour devenir propriétaire, via des taux de crédit très bas, et négocier son achat immobilier. Vous avez toutes les cartes en main ! D'après les professionnels de l'immobilier, le volume de transactions a chuté en 2012. Les acheteurs ne se précipitent plus sur les biens immobiliers et prennent le temps de réfléchir. La conséquence est la baisse des prix de l'immobilier, surtout dans certaines villes et pour des biens qui ne sont pas parfaits. Voici quelques critères de négociation …

Attention, il existe certains biens qui sortent du cadre de la négociation : les appartements parisiens, les maisons de caractère et de charme, les résidences classées dans la catégorie « luxe ». Ces biens de prestige intéressent toujours les acheteurs et notamment les investisseurs étrangers.

Quels sont les principaux défauts immobiliers qui permettent une négociation ?

Il faut rappeler qu'il n'existe aucune grille légale des rabais possibles lors de l'achat d'un bien. Seuls l'intuition et le sens commercial permettent de voir une négociation aboutir avec succès. La négociation à la baisse est possible si le bien possède des défauts visibles, des travaux à effectuer ou s'il est exposé à des bruits extérieurs. Par exemple, un logement situé sur un boulevard pourra subir une décote pouvant aller jusqu'à 20%.

L'exposition du bien et la luminosité sont des critères qui entrent en jeu lors de la négociation. De même si l'appartement est situé au 6e étage sans ascenseur. Un logement sombre situé au 1er étage pourra subir une décote de 20 %, sauf s'il donne sur une cour intérieure ou sur un jardin.

Le secteur géographique compte également : paradoxalement un grand appartement en plein quartier étudiant vaudra moins cher que s'il est situé dans une zone résidentielle.

Mais attention à ne pas être trop exigeant lors de la négociation car votre « coup de coeur immobilier » pourrait ne pas se réaliser. Donc le bon sens est de mise !

C'est toujours la loi de l'offre et de la demande qui permet de déterminer le juste prix d'un bien immobilier à l'achat ou à la vente.

Si le ralentissement du marché immobilier est indéniable, les prix moyens du mètre carré se maintiennent dans la majorité des grandes villes.
Il est donc conseillé de se renseigner auprès d'un agent immobilier ou d'un notaire pour fournir des arguments de négociation.

 

Patricia est rédactrice professionnelle dans le domaine de l’immobilier.

 

Quel est votre point de vue ?

Participez au débat, laissez un message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*