Colocation : vivez le meilleur et évitez le pire !

La colocation est une solution qui offre de nombreux avantages. Ce contrat de location est adapté à certaines situations précaires comme le statut des étudiants bien entendu, mais pas uniquement. Vivre en colocation se révèle être une solution avantageuse financièrement conçu essentiellement sur un mode de vie de partage. Mais cette union à durée déterminée pour le meilleur peut très vite se transformer en cauchemar. Pour éviter le pire et vivre dans une atmosphère harmonieuse, voici quelques conseils et points à vérifier scrupuleusement avant de s'engager dans un contrat colocataires.

  • Lire et relire le contrat

Le contrat de colocation peut s'établir sous forme d'un contrat de location classique. Le bail doit mentionner le nom de tous les colocataires avec apposition de leurs signatures. Si un locataire entre en cours de bail, il doit être rajouté sur le bail en commun accord avec le propriétaire. La rédaction de l'état des lieux est un point important surtout lors de la restitution des clés.
Attention : la sous-location sans avertir le propriétaire est strictement interdite et peut être une source d'annulation de bail.

  • La clause de solidarité

Cette clause n'est pas une obligation mais elle est vivement recommandée pour le propriétaire bailleur dans le but de se protéger des loyers impayés. Cela signifie que si l'un de vos colocataires ne paient pas son loyer c'est l'ensemble de la communauté qui paie à sa place.

  • Rappel des règles principales

Les précautions principales à prendre sont surtout lors de la signature du contrat. Il est conseillé de rendre la situation la plus claire possible en mentionnant le maximum d'informations sur le bail.

  • Les problèmes récurrents principaux relevés surviennent surtout :
  1. lors du départ d'un locataire : il n'aura pas le droit de récupérer son dépôt de garantie, sauf arrangement à l'amiable
  2. en cas d'un locataire mauvais payeur ou de dégradations faites dans le logement
  3. à la résiliation du bail locataires et surtout lors de la restitution du dépôt de garantie après l'état des lieux. A ce moment et en cas de dégradations, les colocataires se rejettent souvent la faute les uns sur les autres.

La colocation n'exclut pas l'aide au logement attribué par la Caf. Le calcul de l'aide APL s'effectue sur la base du loyer et dépend de la situation personnelle de chaque étudiant.

Un conseil aux futurs colocataires : pour éviter les conflits, il est conseillé de rédiger par écrit un règlement intérieur et de désigner un responsable vis à vis du propriétaire bailleur.

Patricia est rédactrice professionnelle dans le domaine de l'immobilier.

 

Quel est votre point de vue ?

Participez au débat, laissez un message